La CNDT, Enda Graf et l’IPAR s’engagent à booster l’intercommunalité

La CNDT, Enda Graf et l’IPAR s’engagent à booster l’intercommunalité

Accélérer l’intercommunalité est l’un des objectifs de la Commission nationale du dialogue des territoires (CNDT) que préside Monsieur Benoit SAMBOU. Très souvent, l’aménagement du territoire met en exergue la similitude des forces et faiblesses de beaucoup de collectivités territoriales. Si elles se parlent, plus et mieux, beaucoup sont d’avis qu’elles pourraient être plus fortes dans des projets. Le « Pôle territoire de la Casamance » a été choisi pour expérimenter le concept.

Un pas important vient d’être fait dans ce sens avec la signature d’une convention, lundi 16 avril 2018, au siège de la Commission nationale du dialogue des territoires (CNDT) et les Organisations non gouvernementales que sont Enda Graf Sahel et l’IPAR (Initiative Prospective Agricole et Rurale). Il s’agira de conduire la phase pilote portant test des instruments et outils de gouvernance de l’intercommunalité dans le département de Ziguinchor.

La convention doit aussi mener une étude portant caractérisation et cartographie des potentialités et ressources du Pôle territoire de la Casamance, assortie d’un choix restreint de ressources susceptibles de justifier des projets d’intercommunalité. Mais aussi tester les instruments et outils de gouvernance foncière, et, enfin, organiser un cycle de dialogue sur l’intercommunalité.

Avant de parapher la convention en compagnie des partenaires, le président de la CNDT, Monsieur Benoit SAMBOU, a indiqué, dans son allocution, que le cadre législatif et règlementaire de l’intercommunalité est en voie de finalisation avec un projet de loi assorti de décrets d’application. Le dialogue des territoires poursuit l’objectif d’instaurer, chez les acteurs, une culture et une pratique de dialogue comme le souligne la convention tripartite. Pourquoi le choix des deux organisations pour accompagner la CNDT ? En dehors de leur « vécu », elles ont apporté la preuve de leur expertise dans les domaines qui couvrent l’intercommunalité.

Enda Graf Sahel, représenté par son président, Emmanuel Seyni Ndione, et qui a lancé son plan stratégique 2018 – 2023, aura pour mission de renforcer la résilience des communautés et d’accompagner les processus de construction sociale autour de valeurs citoyennes. A l’instar de l’IPAR, sous la direction du Dr Cheikh Oumar BA, un think tank qui allie recherche, renforcement des capacités et dialogue multi-acteurs entre les décideurs politiques, les chercheurs et les utilisateurs des résultats de recherche. Après plusieurs réunions de travail, la CNDT, Enda Graf Sahel et l’IPAR ont décidé de mutualiser leur expertise et leurs ressources en vue de réaliser des actions communes de développement.

Entre autres engagements pris par la CNDT, « le portage politique » des résultats issus de la convention, en vue de les traduire en éléments de stratégies et de politiques publiques par la rédaction d’avis destinés au président de la République. De leur côté, Enda Graf Sahel et l’IPAR produiront des notes d’orientation méthodologique des actions et activités retenues. Les trois parties s’engagent à contribuer financièrement à la prise en charge de la convention. Et pour la mise en œuvre de la convention tripartite, un comité de suivi présidé par la CNDT a été mis en place alors que la gestion financière sera confiée aux deux ONG.